2362401617_small_1

1985/86 > Septembre 1985
Coluche à l'antenne d'Europe 1 : «J'ai une petite idée comme ça (...) un resto qui aurait comme ambition, au départ, de distribuer deux ou trois mille couverts par jour». Les Restos du Cœur sont nés.

> Hiver 85/86
Plus de 5 000 bénévoles distribuent 8,5 millions de repas. Coluche réclame l'ouverture des stocks européens à Strasbourg. Jean-Jacques Goldman crée La Chanson des Restos.

1986/87 > 19 juin 1986
Coluche disparaît. Malgré la disparition de Coluche, une deuxième campagne s'organise: en province, des associations départementales se créent portant les nom et logo des Restos du Cœur.

> Répondant à la demande de Coluche, l'Europe ouvre ses surplus aux associations fournissant l'aide alimentaire : le PEAD (Programme Européen d'Aide aux plus Démunis) est institué par le Conseil Européen.

1988/89 > Printemps 88
Les centres Restos décident de rester ouverts après l'hiver pour apporter une aide et une écoute aux populations les plus fragiles : « l'intercampagne » est née.

> 20 octobre 1988
Le Parlement français vote à l'unanimité la “Loi Coluche”.
Premier concert des Enfoirés, suivie d'un premier disque.

1990/91 > Les Restos créent les Camions du Cœur, les Relais du Cœur, et les Toits du Cœur pour accompagner les bénéficiaires dans leur parcours d'insertion.

> Outre la distribution de nourriture à des centaines de milliers de personnes, les Restos lancent les Ateliers et les Jardins du Cœur : c'est le début de l'engagement des Restos dans l'insertion.

1992/94 > Les Restos ouvrent pour les enfants déshérités et leurs familles une maison de vacances tenue par d'anciens bénéficiaires et une première résidence sociale.

> Les Enfoirés reprennent leurs concerts.

> Année après année, des besoins spécifiques apparaissent : ouverture des premiers Restos Bébés du Cœur.

> Durant l'intercampagne, une aide alimentaire est fournie à ceux qui n'ont aucune ressource. Celle-ci représente environ 15% de ce qui est distribué pendant l'hiver.

1995/98 > Inauguration d'un hébergement d'urgence : la Péniche du Cœur à Paris, un répit pour les SDF.

> Premiers ateliers CLE (Communication, lecture, écriture) de lutte contre l'illettrisme.

1998/2001 > Consultation nationale “Les Restos demain” : organisée dans toute la France, elle a réuni plus de 13000 personnes (bénévoles et personnes accueillies) dans des débats animés sur leur avenir commun.

> De ces rencontres sont sorties mille et une interrogations et une évidence : il est temps de “distribuer autrement” l'aide alimentaire et d'améliorer l'écoute et le dialogue.

> Les Enfoirés partent en tournée. En janvier 2000 et janvier 2001 ils sillonnent 18 villes françaises.

2002/2003 > Mise en place de 10 antennes nationales. L'association se fixe comme objectif de développer le dispositif « d'aide à la personne » dans tous les centres Restos.

> Parution du rapport de la Cour des Comptes dont les conclusions sont très favorables à la gestion et aux actions menées par les Restos du Cœur.

2003/2004 > Très forte mobilisation des bénévoles pour sauver la Loi Coluche, remise en cause en août 2003 lors de l'examen de la loi sur le mécénat.

2004/2005 > Les Restos inquiets des incertitudes qui pèsent sur l'aide européenne (PEAD) interpellent ministère de l'Agriculture et Parlement européen pour demander son maintien. Le budget du PEAD fut sauvé pour 2006, et des solutions compensatoires sont à l'étude.

2005/2007 > Les Restos ont vingt ans. Ce sont désormais 75 millions de repas qui sont servis dans l'année grâce au soutien de 48 000 bénévoles et 470 000 donateurs.

> Les Restos se sont battus pour sauver la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) qui impose aux municipalités de construire 20% de logements sociaux dans leur commune et inscrire dans la loi le Droit opposable au logement. L'hébergement d'urgence n'étant pas adapté aux problèmes des personnes qui vivent dans la rue, et face au manque de solutions proposées, les Restos ont soutenu l'initiative de Médecins du Monde en distribuant des tentes aux sans-abris. Afin que les pouvoirs publics trouvent enfin des solutions durables pour que cesse ce scandale