ScreenShot002

Des Pays-Bas efficaces mais peu spectaculaires prennent la tête du Groupe E après leur succès sur le Japon. Wesley Sneijder permet aux Oranjes de mettre un pied et demi en huitièmes de finale.

Bienvenue dans la nouvelle maison Oranje, maculée d’une seule couleur en Afrique du Sud : celle du pragmatisme. Les coups de rouleau du chef de chantier Bert van Marwijk rendent le lieu plus austère, moins tape à l’oeil. Mais les murs sont beaucoup solides et la charpente en béton armé.

Le Japon, comme le Danemark à Soccer City lundi dernier, l’a appris à ses dépens. Avec seulement trois occasions franches dans la cheminée, dont deux dans les dix dernières minutes, le propriétaire néerlandais fait baisser pavillon à des Samouraïs Bleus pourtant fringuants. "Je m’attends à un vrai combat, le Japon est une équipe bien en place et très agressive. La lutte va être acharnée." Ce genre de bataille, Bert van Marwijk et sa phalange ne les abhorrent plus désormais. Le sélectionneur néerlandais, aux commandes d'une équipe invaincue depuis 21 matches maintenant, a su prévenir au préalable ses joueurs : ce match des leaders se gagnera au physique et à l'efficacité.

Le cadeau de Kawashima
Les Samouraïs Bleus de Takeshi Okada ont su répondre au premier défi. C'est en perdant le second qu'ils quittent Durban avec un bilan mathématique rond comme un zéro. A l'image de Shinji Okazaki, seul dans la surface, (90'+2), le Japon n'a pas su concrétiser sa présence dans le jeu. Et a laissé passer sa chance de répondre au but de Wesley Sneijder (53', 1:0).

La réalisation du meneur de jeu de l'Inter Milan intervient alors sur la première réelle opportunité néerlandaise : en manquant sa prise de balle sur la frappe ultra puissante du n°10 Oranje, le gardien nippon Elji Kawashima y allait de son offrande.

Alors certes Ibrahim Afellay (86' et 90') aurait pu alourdir le score dans les derniers instants, comme Dirk Kuyt face aux Danois. Mais le constat est là : les Pays-Bas n'ont pas montré le "mieux" prédit par Sneijder deux jours auparavant. Mais ils ont gagné. Et ont la main bien serrée sur la porte des huitièmes de finale. Le Japon, lui, devra battre les Scandinaves lors du dernier acte.