La maladie d’Alzheimer est une maladie dégénérative reliée au vieillissement. Elle engendre un déclin progressif des facultés cognitives. Peu à peu, une destruction des cellules nerveuses se produit dans les régions du cerveau responsables de la mémoire et du langage.

Avec le temps, la personne atteinte a de plus en plus de difficulté à mémoriser les événements, à reconnaître les objets et les visages, à se rappeler la signification des mots et à exercer son jugement.

La maladie d’Alzheimer est la forme de démence la plus fréquente chez les personnes âgées; elle constitue environ 65 % des cas de démence. Le terme démence englobe, de façon bien générale, les problèmes de santé marqués par une diminution irréversible des facultés mentales. Cette maladie se distingue par sa progression habituellement lente et par le fait qu’elle touche surtout la mémoire à court terme, dans ses débuts.

Prévalence

La maladie d’Alzheimer touche environ 1 % des personnes âgées de 65 ans à 69 ans, 20 % des personnes ayant entre 85 ans et 89 ans, et 40 % des personnes ayant entre 90 ans et 95 ans1.

Il est estimé qu’un homme sur huit et une femme sur quatre en souffriront au cours de leur existence. Dans la mesure où les femmes vivent plus longtemps, elles sont plus susceptibles d’en être atteintes un jour.

Le prolongement de l’espérance de vie fait en sorte que cette maladie est plus fréquente qu’avant. On estime que, d’ici 20 ans, le nombre de personnes atteintes doublera au Canada.

Causes

Pour la grande majorité des individus, la maladie d’Alzheimer apparaît en raison d’une combinaison de facteurs de risque. Le vieillissement est le principal facteur. Les facteurs de risque des maladies cardiovasculaires (l’hypertension, l’hypercholestérolémie, l’obésité, etc.) semblent également contribuer à son développement. Il est possible aussi que des infections ou l’exposition à des produits toxiques jouent un rôle dans certains cas. L’exposition à l’aluminium (présent dans l’eau potable, les outils de cuisine, les aliments, etc.) demeure cependant un facteur controversé1. À ce jour, la plupart des études indiquent qu’il a peu d’importance77.

Selon les recherches les plus récentes, il semble que la maladie survienne plus souvent chez des individus qui sont génétiquement prédisposés. En effet, les chercheurs ont découvert qu’environ 60 % des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont porteuses du gène Apolipoprotéine E4 ou ApoE4.

Il existe aussi des formes héréditaires de la maladie, mais seulement 800 familles ont été répertoriées dans le monde. Les enfants ayant un parent atteint de la maladie d’Alzheimer dans sa forme héréditaire ont un risque sur deux d’avoir eux-mêmes la maladie. Toutefois, même si plusieurs membres d’une même famille sont touchés par cette maladie, cela ne signifie pas forcément qu’il s’agisse de la forme héréditaire.

Les transformations au cerveau

C’est le Dr Alois Alzheimer, un neurologue allemand, qui a donné son nom à cette maladie, qu’il a identifiée en 1906 au moment de l’autopsie d’une femme morte de démence. Il avait observé dans le cerveau de celle-ci des plaques anormales et des enchevêtrements de cellules nerveuses désormais considérés comme les signes physiologiques principaux de la maladie d’Alzheimer.

Voici trois phénomènes physiologiques qui se produisent dans le cerveau des personnes atteintes :

  • l’accumulation de protéines bêta-amyloïdes dans les régions corticales du cerveau. Ces protéines forment des plaques et finissent par tuer les neurones;
  • la « déformation » de protéines structurales (appelées protéines Tau). La façon dont les neurones sont enchevêtrés est alors modifiée;
  • de l’inflammation.

Il n’existe pas encore de traitement qui puisse faire cesser ou renverser ces processus pathologiques.

Évolution de la maladie

La maladie d’Alzheimer se développe pendant plusieurs années. Sa progression varie beaucoup d’une personne à l’autre.

Elle apparaît généralement après l’âge de 60 ans. En moyenne, une fois qu’elle se déclare, l’espérance de vie est de 8 à 12 ans. Plus la maladie survient à un âge avancé, plus elle tend à s’aggraver rapidement. Lorsqu’elle se manifeste vers l’âge de 60 ans ou de 65 ans, l’espérance de vie est d’environ de 12 ans à 14 ans; lorsqu’elle survient plus tard, l’espérance de vie n’est plus que de cinq à huit ans.

  • Stade léger. Des pertes de mémoire surviennent de façon occasionnelle. La mémoire à court terme, c’est-à-dire la capacité à retenir une information récente (un nouveau numéro de téléphone, les mots d’une liste, etc.), est la plus touchée. Les personnes atteintes tentent de pallier leurs difficultés en recourant à des aide-mémoire et à leurs proches.
  • À ce stade, il n’est pas certain qu’il s’agisse de la maladie d’Alzheimer. Avec le temps, les symptômes peuvent rester stables ou même s’améliorer. Le diagnostic se confirme si les problèmes de mémoire s’accentuent et si d’autres fonctions cognitives se détériorent (langage, reconnaissance des objets, coordination des mouvements, etc.).
  • Stade modéré. Il est de plus en plus difficile pour les personnes atteintes de faire des choix; leur jugement commence à être altéré. Par exemple, il leur devient graduellement plus difficile de gérer leur argent et de planifier leurs activités quotidiennes. Elles ont de plus en plus de mal à apprendre et à retenir de nouvelles informations. Cependant, leurs souvenirs de jeunesse et d’âge moyen sont encore bien préservés.
  • Entre les stades modéré et avancé, il y a une période transitoire où des problèmes de comportement inhabituels surgissent parfois : par exemple, de l’agressivité ou un langage atypique ou ordurier.
  • Stade avancé. À ce stade, une surveillance permanente ou l’hébergement dans un centre de soins devient nécessaire. Des problèmes psychiatriques apparaissent, notamment des hallucinations et des délires paranoïdes, aggravés par une perte de mémoire grave et de la désorientation. Les problèmes de sommeil sont courants. Les patients négligent leur hygiène corporelle et, s’ils sont laissés sans surveillance, ils peuvent errer vainement durant des heures.

La personne atteinte peut mourir d’une autre maladie à n’importe quel stade de la maladie d’Alzheimer. Cependant, dans son stade avancé, la maladie d’Alzheimer devient une maladie mortelle, comme le cancer. La plupart des décès sont causés par une pneumonie engendrée par la difficulté à avaler. (Les malades risquent de laisser entrer dans leurs voies respiratoires et dans leurs poumons de la salive ou une partie de ce qu’ils mangent ou de ce qu’ils boivent.) Il s’agit d’une conséquence directe de la progression de la maladie.

Diagnostic

Le médecin utilise les résultats de plusieurs examens médicaux pour poser un diagnostic. D’abord, il interroge le patient afin d’en savoir plus sur la manière dont ses pertes de mémoire et les autres difficultés qu’il vit dans le quotidien se manifestent. Ensuite, il lui suggère d’entreprendre divers tests médicaux afin d’exclure la possibilité que ses symptômes soient attribuables à un autre problème de santé (une carence en vitamine B12, un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde, un accident vasculaire cérébral, une dépression, etc.).

Des tests permettant d’évaluer les facultés cognitives sont aussi employés, selon le cas : des tests de vision, d’écriture, de mémoire, de résolution de problèmes, etc.

S’il le juge nécessaire, le médecin peut aussi conseiller au patient de passer un examen d’imagerie cérébrale afin d’observer la structure et l’activité des différentes zones de son cerveau. L’une ou l’autre des technologies suivantes est utilisée :

- la tomodensitométrie (« CT scan ») : elle capte une série d’images du cerveau par radiographie aux rayons X;
- la résonance magnétique (« IRM ») : elle utilise les champs électromagnétiques et offre une précision plus grande que la tomodensitométrie, de même qu’une plus grande variété de plans de coupe;
- la tomographie par émission de positrons (« PET scan ») : un élément radioactif est injecté dans le corps, ce qui permet de visualiser l’activité cérébrale; les régions du cerveau apparaissent dans différentes couleurs à l’écran, selon leur degré de stimulation.

Il arrive que le diagnostic ne puisse être établi qu’au fur et à mesure de l’évolution des symptômes. Malheureusement, actuellement, seuls des examens post-mortem du cerveau permettent de poser un diagnostic sûr.

symptomes

  • L’altération de la mémoire à court terme (nom des nouvelles personnes rencontrées, événements récents, etc.).
  • De la difficulté à retenir de nouvelles informations.
  • De la difficulté à exécuter les tâches familières (fermer les portes à clé, prendre des médicaments, retrouver des objets, etc.).
  • Des difficultés de langage (chercher les mots).
  • De la difficulté ou de l’incapacité à planifier (repas, budget, etc.).
  • Une perte graduelle du sens de l’orientation dans l’espace et dans le temps.
  • Un jugement affaibli.
  • De la difficulté à saisir les notions abstraites.
  • De la difficulté à reconnaître les gens.
  • Une mémoire à long terme atteinte (perte des souvenirs d’enfance et de l’âge adulte).
  • Des changements d’humeur ou de comportement.
  • Des changements de personnalité.
  • Des problèmes de langage.

    personnes à risque

  • Les personnes âgées de 60 ans et plus. L’âge est le principal facteur de risque.
  • Les femmes.
  • Les personnes qui ont un parent, un frère ou une soeur atteint de la maladie d’Alzheimer. Leur risque d’en être atteint à leur tour est accru de 10 % à 30 % par rapport au reste de la population.
  • Les personnes dont un parent est atteint de la forme familiale héréditaire de la maladie d’Alzheimer. Les enfants ayant un parent atteint ont une probabilité sur deux d’avoir eux-mêmes la maladie.

    facteurs risque

    Facteurs les plus importants

    • L’hypertension systolique.
    • L’hypercholestérolémie.
    • Un diabète mal contrôlé par la médication.
    • Le tabagisme.

    Facteurs de moindre importance

    • Des traumatismes graves à la tête avec perte de conscience (survenant, par exemple, chez les boxeurs).
    • L’obésité.
    • Des antécédents personnels de dépression.

    traitements médicaux

    À ce jour, il est impossible de guérir la maladie d’Alzheimer. En revanche, il existe des médicaments qui en atténuent les symptômes et qui améliorent, dans une certaine mesure, le fonctionnement cognitif. Les approches thérapeutiques, qui sont actuellement au stade de la recherche, visent à s’attaquer au processus pathologique de la maladie dans l’espoir de la guérir.

    L’efficacité du traitement est évaluée par le médecin après trois à six mois; le traitement est alors revu s’il y a lieu de le faire.

    Médicaments

    Les médicaments suivants sont délivrés sur ordonnance. On ne peut savoir a priori lequel conviendra le mieux au patient. Il faut parfois quelques mois pour trouver le traitement approprié. Selon les études, après un an de médication, 40 % des gens voient leur état s’améliorer, 40 % ont un état stable et 20 % ne ressentent pas d’effet.

    Inhibiteurs de cholinestérase

    On les utilise principalement pour traiter les symptômes légers ou modérés. Cette famille de médicaments aide à augmenter la concentration en acétylcholine dans certaines régions du cerveau. L’acétylcholine permet la transmission de l’influx nerveux entre les neurones. On a remarqué que les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont de plus faibles quantités d’acétylcholine dans le cerveau, car la destruction de leurs cellules nerveuses réduit la production de ce médiateur chimique.

    Sur le marché canadien, il existe actuellement trois inhibiteurs de cholinestérase. Les trois diminuent la destruction de l’acétylcholine et accroissent la sensibilité des récepteurs d’acétylcholine (soit leur capacité à se lier) à ce médiateur.

    • Le donépézil ou E2020 (Aricept®). Il est pris sous forme de comprimés. Il soulage les symptômes légers, modérés et avancés de la maladie.
    • La rivastigmine (Exelon®). Depuis février 2008, celle-ci est aussi proposée sous forme de timbre cutané : le médicament est absorbé lentement par l’organisme durant 24 heures. La rivastigmine convient aux patients qui ont des symptômes légers ou modérés.
    • Le bromhydrate de galantamine (Reminyl®). Il est vendu sous forme de comprimé pris une fois par jour dans le cas de symptômes faibles ou modérés.

    Ces médicaments peuvent perdre de leur efficacité avec le temps, étant donné que les neurones produisent de moins en moins d’acétylcholine. Par ailleurs, ils peuvent entraîner des effets indésirables, comme des nausées et des vomissements, une perte d’appétit et des maux de ventre. Dans ce cas, il est important de revoir son médecin, qui ajustera la dose au besoin.

    Aux États-Unis et en France, la tacrine (Cognex®) est couramment utilisée comme inhibiteur de l’enzyme qui détruit l’acétylcholine (cholinestérase). Cependant, elle n’est pas approuvée au Canada.

    Antagoniste du récepteur NMDA

    Depuis 2004, le chlorhydrate de memantine (Ebixa®) est donné pour soulager les symptômes modérés ou graves de la maladie. Cette molécule agit en se fixant sur les récepteurs NMDA (N-méthyl-D-aspartate) situés sur les neurones du cerveau. Elle prend ainsi la place du glutamate qui, lorsqu’il est présent en grande quantité dans l’environnement des neurones, contribue à la maladie. Rien n’indique, cependant, que ce médicament ralentisse la dégénérescence des neurones.

    Recherches en cours

    Des efforts importants sont investis dans la recherche de nouveaux médicaments et d’un traitement visant à :

    • détruire les plaques de protéines bêta-amyloïdes. Cela se ferait par l’injection d’anticorps qui supprimeraient les plaques de protéines bêta-amyloïdes. Il s’agit, en effet, de l’une des atteintes physiologiques les plus importantes de la maladie. Un tel anticorps a été développé (le nom de la molécule est Bapineuzumab) et est en cours d’évaluation clinique auprès de personnes atteintes de la maladie. Une autre solution testée serait d’activer certaines cellules du cerveau (microglies) pour qu’elles éliminent les plaques en question.
    • remplacer les neurones. La communauté scientifique fonde beaucoup d’espoir sur le remplacement, à l’aide d’une transplantation, des neurones détruits par la maladie. De nos jours, les chercheurs parviennent à créer des cellules qui ressemblent à des neurones à partir de cellules souches tirées de la peau humaine. Cependant, la méthode n’est pas tout à fait au point : elle ne permet pas encore de créer des neurones qui possèdent l’ensemble des propriétés des neurones « naturels ».

    Exercice physique

    Les médecins encouragent vivement les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer à faire de l’exercice. En plus d’améliorer la force, l’endurance, la santé cardiovasculaire, le sommeil, la circulation sanguine et l’humeur, et d’accroître le dynamisme et le degré d’énergie, l’exercice physique a des effets bénéfiques sur les personnes atteintes de cette maladie. Le fait de bouger :
    - aide à conserver les capacités motrices;
    - donne une impression de sens et de but;
    - exerce un effet calmant;
    - maintient le niveau d’énergie, de souplesse et d’équilibre;
    - réduit les risques de blessures sérieuses en cas de chute.

    Les personnes qui prennent soin des malades peuvent faire d’une pierre deux coups en s’exerçant en même temps que leurs patients.

    Soutien social

    Considéré comme une composante du traitement, le soutien social apporté aux malades est crucial. Les médecins conseillent diverses stratégies à la famille et aux aidants des patients :

    • Faire des visites régulières aux patients pour leur offrir du soutien, selon leurs besoins.
    • Leur fournir des aide-mémoire.
    • Créer une structure de vie stable et calme dans la maison.
    • Établir un rituel du coucher.
    • S’assurer que leur environnement immédiat présente peu de danger.
    • Veiller à ce qu’ils aient toujours dans leur poche une carte (ou un bracelet) avec une indication sur leur état de santé, ainsi que des numéros de téléphone au cas où ils s’égareraient.